La lumière à led est vraiment saine

L’Allgemeine Zeitung rapporte le 14.8.2017 en ligne dans l’article « La technologie LED : non seulement économe en énergie, mais aussi saine » sur un prétendu avantage insoupçonné des LED. L’auteur affirme (malheureusement sans information de source) que le composant bleu élevé à la lumière de la LED abaisse le composant mélatonine dans le sang. Puisque l’hormone mélatonine est liée au rythme veille-sommeil, cette thèse est passionnante pour nous.

Qu’entend-on par « haute teneur en bleu à la lumière » ?

La lumière est une énergie qui frappe l’œil et déclenche une réaction chimique dans l’œil qui envoie une impulsion électrique au cerveau. La réaction chimique déclenchée dépend de la longueur d’onde de la lumière. La lumière visible est longue de plusieurs centaines de nanomètres et s’étend d’environ 400 nm (violet) à environ 700 nm (rouge).

La composition des longueurs d’onde de toutes les ondes lumineuses frappant l’œil fournit une composition de signal spécifique que l’œil envoie au cerveau et que le cerveau interprète comme couleur. Si, par exemple, une lampe LED amplifie des ondes lumineuses dans la gamme bleue, le cerveau évalue la composition du signal comme étant bleu.

En plus de l’empreinte optique, la « lumière bleue » doit également avoir d’autres effets sur le corps. Que dit la science ?

Études scientifiques en cours sur la « lumière bleue »

Inhibition de la production de mélatonine

2011 un groupe de scientifiques de plusieurs universités, la NASA et l’armée américaine montre que la lumière bleue à ondes courtes empêche la production de mélatonine dans le corps plus que la lumière blanche. L’objectif de l’étude est d’accroître la sécurité des astronautes. À des niveaux élevés de mélatonine, les gens deviennent fatigués, moins attentifs et font donc plus d’erreurs. Quand on vole dans l’espace, toute erreur peut être fatale, donc abaisser délibérément le niveau de mélatonine peut sauver des vies.

Mélatonine — l’hormone anticancéreuse ?

Aide la mélatonine contre le cancer ?

2017 un groupe de chercheurs de l’American Association for Cancer Research publie une étude dans laquelle ils appellent la mélatonine « hormone anti-cancer » !

Comment en êtes-vous arrivé à cette conclusion ? Les scientifiques ont exposé des rats à la lumière bleue (« enrichie en bleu ») pendant la journée et ont mesuré une augmentation de sept fois la production de mélatonine pendant la nuit par rapport aux autres rats exposés à la lumière blanche. Parallèlement, les rats reçoivent un médicament qui combat les cellules cancéreuses.

Une concentration accrue de mélatonine montre que le traitement des cellules tumorales est plus efficace. Les scientifiques soupçonnent donc que la mélatonine contrecarre l’effet Warburg et inhibe ou même supprime partiellement l’apport énergétique des cellules cancéreuses.

Quel est l’effet de 8 heures de lumière bleue continue ?

Dans cette étude publiée en 2017, l’accent est également mis sur l’inhibition de la production de mélatonine, le changement de l’attention et la qualité du sommeil. Les scientifiques S. A.Rahmana, M.A.St.Hilairea et S.W.Lockley comparent l’effet de la lumière bleue et blanche avec laquelle ils irradient les sujets pendant huit heures avant un temps fixe d’endormissement.

8 heures de lumière bleue dans la « luminosité de la chambre à coucher » avant d’aller au lit

Trente minutes avant le coucher, les sujets sont examinés. Il s’avère que huit heures de lumière bleue conduisent à des temps de réponse nettement plus faibles aux stimuli entendus par les sujets testés. Les deux groupes se sentent également fatigués et dorment la même quantité de temps et récupèrent.

Cependant, il y a un effet de séquence clair, qui est mesuré lors du passage d’un jour sous une lumière bleue à un jour sous une lumière blanche. Cela augmente la durée du sommeil, la récupération et l’« activité à ondes lentes » dans l’EEG (sommeil plus profond).

Le changement favorise un sommeil réparateur !

Cette étude montre que la lumière bleue continue réduit l’attention vers le soir plus que la lumière blanche et qu’un passage quotidien du bleu au blanc favorise un sommeil réparateur !

Effets de la lumière LED sur la santé

Dans l’International Journal of Sustainable Lighting Cosmin Ticleanu et Paul Littlefair écrivent un résumé sur les effets de la lumière LED sur la santé. Ils confirment la puissance négative des rayons UV et l’avantage des LEDs dans ce domaine. Mais ils mentionnent aussi que la lumière bleue peut avoir des effets négatifs sur la santé à long terme, car elle peut faire perdre le rythme de l’horloge interne de l’organisme selon l’heure de la journée.

Cela signifie que les LEDs sont également critiques, puisqu’elles n’ont évidemment pas d’effet positif sur notre corps tout au long de.

Dans leur article, ils mentionnent également en détail l’utilisation thérapeutique de la manipulation de l’horloge interne par la lumière bleue. Entre autres choses, une étude réalisée en 2009 par un groupe de chercheurs dirigé par Robert Strong de l’Université de l’Utah est mentionnée, qui confirme l’effet positif de la « thérapie à bande étroite à la lumière bleue » (TLB) dans le traitement des maladies mentales saisonnières.

La luminothérapie (bleue) (TLB)

Dans les études présentées jusqu’à présent, la lumière bleue était principalement utilisée pour modifier le taux de mélatonine, bien que cette application ne soit pas mentionnée sous le terme de recherche « thérapie par la lumière bleue » dans les premières pages des résultats de recherche. Le complément de recherche « sommeil » montre que le terme « luminothérapie » est probablement plus courant en allemand. Jusqu’à la clarification finale, s’il vous plaît supposer dans cet article que « la thérapie par la lumière bleue » signifie la traduction de l’American.

Une étude publiée dans le Biological Psychiatry Journal en mai 2017 confirme également que la lumière bleue est une forme de thérapie pour la maladie mentale.

Pendant l’étude, les sujets ont reçu une TLB pendant 30 minutes le matin. En conséquence, leur anxiété diminue et la TLB renforce la connexion entre le MPFC (=Abk.pour le cortex préfrontal médial), responsable de la confiance en soi, et l’amygdale, qui est la « station centrale de traitement des impulsions externes et leurs effets végétatifs ». L’amygdale libère des hormones de stress et évalue les influences externes sur le plan émotionnel.

Sur la base de ces résultats, les scientifiques soutiennent que la luminothérapie à la lumière bleue (TLB) régule positivement le rythme veille-sommeil et soutient indirectement les processus de récupération cognitive et émotionnelle du cerveau.

BLT comme régulation positive du rythme veille-sommeil

À l’inverse, cela montre que la perturbation du rythme sommeil-éveil doit être une cause de « dommage » cognitif et émotionnel si seul le renouvellement du nivellement par la TLB conduit à une amélioration. Un sommeil réparateur est donc sain et important !

Conclusion

Il n’y a pas de réponse générale à la question de savoir si la lumière LED est saine ! Dans son article, AZ fait notamment référence à l’absence de teneur en UV comme effet sur la santé. L’article de synthèse de Cosmin Ticleanu et Paul Littlefair décrit ci-dessus confirme cette affirmation, mais souligne également que la composante bleue des LEDs peut perturber le rythme veille-sommeil.

Cette affirmation est confirmée par les autres études présentées. Ils montrent les effets démontrables de la lumière bleue sur la santé. Ceux-ci dépendent de l’heure de la journée, car la lumière bleue inhibe la production de mélatonine et influence ainsi le rythme veille-sommeil. Vous ne voulez pas être éveillé la nuit, donc la lumière bleue est mauvaise pour votre santé la nuit, car elle perturbe votre horloge intérieure d’une manière physiquement mesurable !

Au cours de la journée, l’abaissement du taux de mélatonine dans le sang augmente la vigilance et donc indirectement la sécurité au travail ou la sécurité routière, entre autres choses.

Ainsi, la lumière bleue, lorsqu’elle est utilisée correctement, semble favoriser un sommeil réparateur par l’oscillation du rythme veille-sommeil et, indirectement, être bonne pour la santé physique et mentale — confirmant ainsi ce qui a été généralement admis jusqu’ici : un sommeil réparateur est important !

Je vous souhaite un sommeil réparateur et sans soucis et j’attends vos commentaires avec impatience !